Dossiers et documentation  |   08  mars  2021

Les “rôles modèles” : Un levier pour plus de parité dans le secteur du numérique ?

Les rôles modèles, source d'inspiration professionnelle pour les jeunes, présente bien des avantages pour plus de parité dans le secteur du numérique.
Découvrez ce levier majeur pour la féminisation des métiers du numérique...

Le numérique bouleverse et investit toutes les sphères de la société. Ces applications sont innombrables : du marketing à la santé en passant par l’énergie, le design, l’emploi ou la justice. Ces secteurs innovent constamment et la demande de compétences est croissante : le numérique change la face du monde, notre façon de le comprendre et de le penser. Pourtant, les femmes sont encore peu nombreuses à intégrer les métiers du numérique, malgré leurs nombreux atouts (secteur qui recrute, rémunérations attrayantes…). Cette absence nuit à la société, comme aux entreprises, dont l’expérience a prouvé que les équipes mixtes sont plus innovantes.

Si les professionnelles sont peu nombreuses, c’est d’abord parce que les stéréotypes de genre perdurent dans les filières et les métiers du numérique. À ce jour, les établissements d’études supérieures forment davantage d’hommes. Cette tendance, qui s’accentuait entre 2015 et 2018, connaît depuis une certaine amélioration (la proportion de femmes diplômées baisse de 2% dans le numérique en France entre 2013 et 2017 mais elle augmente de 36% entre 2017 et 2018 1).

Exclure les femmes de ces métiers est un frein aux progrès économiques, technologiques et sociaux. Aussi, pour parvenir à la parité, il nous faut briser l’image “masculine” des métiers du numérique et encourager les femmes à intégrer ces filières. Des experts identifient la valorisation de rôles modèles comme l’un des premiers leviers à actionner pour engager cette dynamique. Alors, rôles modèles : une réelle opportunité pour plus de parité dans le secteur du numérique?

🔎 Qu’est-ce qu’un rôle modèle ?

Selon l’informaticienne et chercheuse spécialiste des questions de genre, Isabelle Collet 2, un rôle modèle est une/un professionnel-le qui partage son expérience aux élèves et qui va inspirer, donner envie à ses interlocutrices d’exercer le même métier (et donc d’emprunter des cursus semblables). En somme, c’est une image de référence dans un métier/une activité.

Le rôle modèle ne doit pas incarner la perfection 
Il ne s’agit pas nécessairement de personnes primées ou célèbres. En l’espèce, il est plus important de présenter des profils très variés auxquels les jeunes filles peuvent s’identifier. Le manque de diversité des profils de rôle modèle est une des limites au concept.
L’exposition à des rôles modèles va avoir un effet notable pour une jeune fille « bonne élève » ou ayant déjà choisi la filière scientifique au lycée. C’est pourquoi il faut aussi miser sur des modèles avec des antécédents plus divers (âge, ethnicité, éducation, occupation) pour donner confiance à des élèves moins concernés et/ou leur permettre d’interroger leurs choix d’orientation.

Le rôle modèle n’est pas forcément une femme
L’expérience montre que le genre du modèle n’a pas un effet déterminant sur les croyances de réussite des jeunes femmes. Cela est notamment moins important que le ton adopté par le modèle : il doit prêter attention à ne pas propager les biais de genre. Les femmes ne sont (malheureusement) pas exemptes des biais de genre. Être rôle modèle suppose de s’éduquer sur le sujet des inégalités.

Cependant, ces propos peuvent être nuancés, car il reste intéressant de permettre aux jeunes filles d’échanger avec des femmes professionnelles. Cela augmente la possibilité d’identification. Les effets de la rencontre d’un rôle modèle sur les choix d’orientation des élèves, reposent sur l’apprentissage par imitation : si une référence nous ressemble (même sexe, mais aussi même âge, même ethnicité, même milieu social etc.), il est plus facile de nous identifier à cette personne et donc de nous projeter.

🔎 Quels sont les bénéfices de l’exposition à des rôles modèles ?

L’intervention de rôles modèles auprès des élèves a de multiples effets bénéfiques sur la sensibilisation des filles aux métiers du numérique :

Améliorer la connaissance des élèves des métiers du numérique : démontrer la grande diversité de métiers, de domaines (l’énergie, la musique, etc.), de profils (du BTS au bac +8), et d’environnement de travail (seul, en groupe, à l’intérieur, à l’extérieur, etc.) !
Valoriser les filières et le secteur : rappeler qu’il s’agit de métiers à haute valeur ajoutée, avec de bons salaires et la sécurité de l’emploi ;
Briser l’image “masculine” des métiers du numérique : les rôles modèles vont éclaircir la notion de “numérique” et rappeler que l’image du geek est dépassée. Cela rejoint les deux premiers points : le rôle modèle inspire, sensibilise et ouvre des perspectives aux jeunes filles.

🔎 Alors, un vrai levier pour plus de parité dans le secteur du numérique ?

Le rôle modèle semble être une réelle opportunité pour favoriser l’égalité femme/homme dans le numérique de demain. Il participe à casser les stéréotypes de genre et l’image masculine des métiers du numérique. Il participe également à faire connaître la pluralité des métiers du numérique et les opportunités qu’ils représentent, ce qui est tout aussi essentiel.

Devenez rôle modèle ?
Si vous vous reconnaissez dans le rôle et que vous avez envie vous aussi susciter les vocations dans les filières et les métiers du numérique ? N’hésitez pas à nous rejoindre en vous inscrivant à l’Annuaire des 10 000 femmes du numérique.
De nombreuses associations ont besoin de votre engagement pour partager votre expérience et vos compétences, à l’occasion d’interventions auprès des élèves.

Pour vous familiariser avec les bonnes pratiques, inspirez-vous de la vidéo réalisée par Isabelle Collet à la demande de la Direction Numérique pour l’Éducation (Ministère de l’Éducation Nationale de la jeunesse et des sports) et de l’INRIA.

 

 

1 Etude Gender Scan menée par le cabinet Global contact en 2019 et l’article de femmes@numérique sur la place des femmes dans le numérique en 2020 – http://www.global-contact.net/etudes/
2 Isabelle Collet : informaticienne, enseignante-chercheuse à l’université de Genève, Les oubliées du numérique, Paris, Le Passeur, 2019

Partagez la page sur :

Dans l'actualité Femmes@numerique

08  mars  2021

Interview de Sylvie Calvet et Marie-Hélène Fagard

Tous les chemins mènent-t-ils à l’informatique? Sylvie Calvet et Marie-Hélène Fagard n’ont pas commencé leur carrière dans cette discipline:

 
Marie-Hélène Fagard est initialement issue d’une formation… Lire la suite »

Lire la suite

09  février  2021

Rapport d’activité 2020

Cette année si particulière a pourtant été l’occasion pour la Fondation de consolider ses actions grâce aux projets lauréats de l’appel à projets 2019, à… Lire la suite »

Lire la suite

@FemmesNumerique

08/04/2021 at 1:04
[ #Projet] - Nous vous invitons à découvrir la mallette de jeu élaborée par les @petitdebpaca et @AlterEgaux06, que nous accompagnons avec @Edu_Num ! https://t.co/KwSsTBL9dh
Éducation Numérique @Edu_Num
💡Pour les classes de #Primaires, @petitdebpaca et #AlterEgaux ont mis au point une mallette de jeu pour aborder différemment les questions de genre.

➡️ https://t.co/rBu61utycy

cc @FemmesNumerique @AcademieNice @DANE_acNice https://t.co/fK0wXSWNHJ
31/03/2021 at 5:47
[ #RoleModele] - Continuons la découverte des #femmes inspirantes de notre annuaire des 10 000 femmes du #numérique !

Découvrez le profil de Laurence @l_gaudefroy, #experte #méthode et #qualité chez AG2R La Mondiale !

https://t.co/o7JKhxu9AC